POURPIER
le pourpier Portulacca oleracea
PORTULACA OLERACEA

PORTULACACEAE


Les portulacacées sont de petites plantes herbacées aux feuilles en général charnues et dont le fruit est une capsule qui libère, à maturité, des graines nombreuses et très petites.

Le pourpier commun est très répandu et pousse toute l'année sous les tropiques comme dans les régions tempérées chaudes. Il pousse facilement et rapidement aussi bien dans de la terre "riche " que sur des substrats "impossibles ", rocailleux ou sablonneux.

Les tiges charnues sont souvent rougeâtres, couchées et recouvrant le sol ou érigées, ses feuilles charnues légèrement brillantes sur leur face supérieure et sa racine pivotante pénétrant profondément le sol même assez dur lui permettent de bien résister aux épisodes de sécheresse.
Le pourpier possède également la possibilité d'adapter son métabolisme (métabolisme acide crassulacéen) aux conditions climatiques (grande sécheresse ou grande chaleur).


Les fleurs jaunes ne durent qu'une journée et le fruit capsulaire est plein de graines noires, de taille inférieure à 1 mm, qui se transportent facilement d'où l'ubiquité de cette petite plante.


thym, thymus vulgaris

Dans les régions à hiver froid, c'est une plante annuelle qui pousse pendant l'été et l’automne.

Elle est considérée comme une peste végétale car recouvrant assez rapidement les sols sarclés (cultures maraichères, jardins).
On trouve maintenant le pourpier commun dans l'ensemble du monde tropical et dans la majorité des pays tempérés. Il existe de nombreuses espèces de Portulaca, certaines sont décoratives, aux fleurs de couleur mauve, violette, rose, d'autres sont plus banales et, à la différence de Portulaca oleracea, beaucoup sont très amères (on les appelle petite quinine).


COMPOSITION CHIMIQUE ET PROPRIETES


Le pourpier est riche :


Cette petite plante ubiquiste a fait l'objet d'études récentes un peu partout dans le monde:

Des chercheurs Arabes et Egyptiens ont montré que l'extrait aqueux de la variété sativa est actif sur le système nerveux central et périphérique entraînant une baisse de l'activité de l'animal, de son seuil de réponse aux incitations extérieures, un moindre tonus musculaire, un effet anticonvulsivant.
L'extrait éthanolique à 10% des feuilles et des tiges est analgésique par voie intrapéritaonéale et locale chez la souris mais sans effet par voie digestive.

En Iran : le pourpier permettrait de réduire voir guérir le lichen plan buccal, difficile à traiter autrement que par voie chirurgicale.

En Chine : les colorants bétacyanine du pourpier permettraient de lutter contre la sénescence cérébrale.

Au Japon : certains polysaccharides du pourpier seraient antiviraux.

En Turquie: L'ajout de pourpier séché à la ration alimentaire de poules pondeuses augmente la production d'œufs, améliore le rapport omega6/omega3 des lipides de l'œuf mais ne diminue pas la quantité de cholestérol total.




UTILISATIONS

Cette petite plante discrète mais cosmopolite a été pendant des siècles consommée en salade, en potage, elle apporte sels minéraux, vitamine C et carotène, des acides gras essentiels. Elle fait partie du célèbre "régime Crétois" qui diminue le risque de troubles cardiovasculaires.

L'espèce P. lutea, très voisine, poussant sur les plages des îles et atolls du Pacifique, a été une source importante de vitamine C aussi bien pour les navigateurs souffrant du scorbut que pour les populations des atolls isolés (Tuamotu, Kiribati, Tuvalu).

Un auteur ancien estimait à 1kg par semaine et par personne la consommation du pourpier jaune aux îles Phœnix (Pacifique sud). Le pourpier commun est maintenant présent dans toutes ces îles ; en Polynésie certains l'utilisent pour améliorer l'alimentation des porcs.

A l'heure actuelle peu de gens le connaissent ou le consomment, on élimine cette plante que l'on considère comme une peste végétale, on le rencontre néanmoins sur certains marchés tropicaux ou des pays du pourtour méditerranéen.

On ne peut qu'encourager la consommation voire la culture de cette petite plante diététique, seuls les hypertendus et ceux qui souffrent de lithiase urinaire à oxalate de calcium (calculs rénaux) doivent s'en méfier.

Le pourpier est aussi une plante médicinale très ancienne (pourtour méditerranéen, péninsule d'Arabie, Amérique tropicale).

Beaucoup l'utilisent frais, broyé et mélangé à un corps gras comme onguent sur les "déchirures " musculaires, les entorses, les traumatismes des parties molles, ou pour apaiser la peau irritée, pour prévenir le vieillissement cutané (apport d'acides gras protecteurs et antioxydants).

Le jus de feuille fraîche écrasée sert à "nettoyer les yeux " en cas de conjonctivite, d'inflammation des paupières.

Les feuilles et les tiges broyées et mélangées à de l'eau donnent un liquide considéré comme hypotenseur et antidiabétique.

La tisane ou le potage de pourpier est apaisant, décontractant (ce qui correspond aux observations des chercheurs Arabes), "rafraîchissant " et diurétique.

Les graines seules (minuscules) étaient utilisées encore récemment aux Antilles pour éliminer les vers intestinaux (10g de graines dans ½ litre de lait, bouillir, 1 verre le matin) mais aucune étude pharmacologique ne justifie cette indication.

 

Tweet Suivre @phytomania

RESUME

UNE PLANTE COSMOPOLITE DIETETIQUE ET POUR GUERIR DU SCORBUT
Le pourpier commun est une petite plante prostrée aux feuilles "charnues " pleines de vitamine C, de carotène et d'acides gras essentiels et de composés phénoliques antioxydants.
Elle est répandue dans toutes les régions chaudes et tempérées chaudes,
elle se cultive très facilement même dans les pays tempérés,
c'est une bonne salade sauvage intéressante au niveau diététique qui apaise et détend les nerfs.
Elle est déconseillée aux personnes souffrant de calculs rénaux à cause de son contenu en acide oxalique

Vous êtes sur www.phytomania.com
site dédié aux plantes médicinales et aux huiles essentielles
PHYTOTHERAPIE, PLANTES MEDICINALES, AROMATHERAPIE, HUILES ESSENTIELLESphytomania