PHYTO MAGAZINE le magazine de Phytomania

flux rss : abonnez vous au magazine de Phytomania

NUMERO 7

Dans ce magazine :

Badiane, anis étoilé, législation

Arganier er huile d'argan

La Rue, plante médicinale

Sommaire Numero 7





LA RUE, RUTA, PLANTE MEDICINALE, PLANTE MAGIQUE, PLANTE TOXIQUE

Il existe plusieurs centaines d'espèces de Ruta, Rutaceae, dans les régions tempérées et subtropicales.
Ruta graveolens, la rue fétide, et Ruta chalepensis sont les plus connues et utilisées, dans une moindre mesure Ruta montana.
Ce sont des plantes originaires du pourtour méditerranéen et du Moyen Orient mais qui ont été acclimatées dès le Moyen Age dans les régions tempérées plus froides de l'Europe. Les Espagnols et les Portugais les ont introduites au 16ème siècle en Amérique du sud.
Les rues sont en effet des plantes médicinales traditionnelles en Europe depuis l'époque gréco-romaine. Ce dont désormais des plantes un peu délaissées en phytothérapie moderne car considérées, à juste titre, comme potentiellement trop toxiques. Par contre Ruta graveolens reste une plante utilisée en Homéopathie.

Ruta graveolens et Ruta chalepensis se ressemblent beaucoup.

Ce sont de petites plantes (jusqu'à 1 m), pérennes, aux tiges peu ramifiées, aux feuilles, alternes composées de folioles ovalaires, d'un vert pâle un peu grisâtre. Les feuilles de rue présentent par transparence, de nombreux points translucides (glandes à huiles essentielles).

L'odeur des feuilles écrasées est plutôt désagréable et assez typique.
Les fleurs, en petits bouquets terminaux, jaune-verdâtres possèdent 4 ou 5 pétales selon la position de la fleur dans l'inflorescence. Les pétales de Ruta graveolens sont lisses mais ceux de Ruta chalepensis sont finement divisés, laciniés, sur leur bordure. Le fruit est une capsule qui contient des glandes réniformes.

LA RUE PLANTE MEDICINALE

La rue fétide, Ruta graveolens, contient des substances intéressantes sur le plan pharmacologique :

Cette huile essentielle de rue est très riche en methyl-nonyl-cétone pour la plante, et en 2-un-décanone pour l'huile essentielle des fruits.

La plante entière serait spasmolytique mais par contre favoriserait les contractions utérines. La rue est traditionnellement utilisée pour favoriser l'apparition des règles (emménagogue) et comme anaphrodisiaque chez les hommes.
La rue, et surtout son huile essentielle, sont antihelminthiques (poison neurologique pour les parasites). L'huile essentielle est rubéfiante et utilisée en friction sur les zones douloureuses des articulations ou des muscles.
La rue n'est quasiment plus utilisée en Europe ; par contre elle reste une plante appréciée par les tradipraticiens (notamment les amérindiens) en Amérique du sud (Equateur, Pérou, Bolivie, Chili, Argentine) . En général ils l'utilisent en mélange avec d'autres plantes (sauge, eucalyptus, poivrier molle, romarin, camomille) comme antispasmodique digestif, régulateur des règles et même chez le jeune enfant agité et qui pleure.
La rue est connue depuis l'antiquité comme une plante abortive, mais c'est une plante abortive qui tue aussi la mère ou au minimum induit de graves troubles hépato-rénaux.



LA RUE PLANTE MAGIQUE

Il est très fréquent, en Amérique du sud, de noter la présence de rue dans les jardins des maisons, dans les jardins des églises ou aux alentours des presbytères. Il s'agit en général de Ruta chalepensis. C'est la rue du Moyen-Orient, celle dans laquelle, selon la Bible, Jésus essaya de se cacher pour échapper aux soldats Romains. Est-ce l'origine de sa renommée comme plante protectrice contre les "forces du mal" ?
Cette croyance est encore bien vivante en Amérique du sud, c'est la plante de la chance, celle qui permet d'ouvrir les portes du succès, celle qui éloigne les mauvais esprits et protège des jeteurs de sorts. Dans la province de Corrientes, en Argentine, il est traditionnel de boire une infusion de rue aromatisée au jus de canne le premier jour du mois d’Août pour s'assurer d'une bonne santé pour l'année à venir.

LA RUE PLANTE TOXIQUE

Les furanocoumarines et l'huile essentielle de rue, Ruta graveolens, peuvent provoquer des troubles graves (1).
Les Furanocoumarines (psoralènes) sont phototoxiques. Elles induisent, par contact des feuilles contuses suivi d'une exposition au soleil, une dermite aiguë qui ressemble à une brûlure du premier ou du deuxième degré. Secondairement la peau gardera une hyperpigmentation qui peut persister assez longtemps. Cette réaction phototoxique est accentuée par l'humidité.
Plus grave, après absorption digestive, ces coumarines sont toxiques pour le rein et le foie, voire cancérigènes, car elles altèrent les acides nucléiques et peuvent ainsi provoquer des lésions du génome.
L'huile essentielle provoque des contractions du muscle de l'utérus ainsi que des hémorragies utérines. Les signes d'intoxications par la rue commencent par des troubles digestifs (douleurs, vomissements, hypersalivation) qui s'accompagnent rapidement de signes de choc (hypotension, troubles cardiaques), voire de convulsions. Parallèlement on peut observer des saignements génitaux. Plus tard, et selon la gravité de l'intoxication, il peut se développer une insuffisance rénale et hépatique pouvant conduire au décès. Il n'y a pas d'antidote à l'intoxication par la rue (Ruta graveolens ou Ruta chalepensis). L'empoisonnement par la rue est en général volontaire pour provoquer un avortement. Il faut rappeler que l'avortement est le plus souvent interdit en Amérique du sud. Les femmes enceintes doivent éviter de consommer des extraits de rue même en petite quantité car des études sur l'animal ont montré que des extraits rue provoquent des malformations fœtales (2).


Notes

1 - Dans http://www.inchem.org/
2 - Rev.perubiol.vol.13 no.3 Lima July 2007 http://www.scielo.org.pe/scielo.php?script=sci_pdf&pid=S1727-99332007000300013&lng=en&nrm=is&tlng=

Qui sommes nous ? | Contact | ©2008 PHYTOMANIA
Tweet Suivre @phytomania