TROUBLES DU SOMMEIL, INSOMNIE, ANXIETE, DEPRESSION
et leur traitement par les plantes médicinales
et les huiles essentielles
(II)



Première partie : Introduction et généralités
Deuxième partie : exemples de plantes utilisables pour soigner l'insomnie

EXEMPLES DE PLANTES UTILISABLES
pour soigner l'insomnie, l'anxiété, la dépression

Valeriana officinalis, VALERIANACEAE, la valériane.

On regroupe plusieurs sous-espèces d'apparence variée sous cette dénomination. Plusieurs espèces non officinales, européennes, asiatiques, américaines sont aussi utilisées pour leurs propriétés hypnotiques.
Les organes souterrains sont la partie médicinale (rhizome et racines), leur odeur qui attire les chats est plutôt désagréable ; ils contiennent de nombreuses molécules pharmacologiquement intéressantes dont les valépotriates que beaucoup de pharmacologues considèrent comme la partie active à l'origine des propriétés sédatives, mais c'est controversé.

Les extraits de valériane sédatifs du système nerveux central facilitent l'apparition du sommeil, et "tranquillisent", ils permettent une relaxation des muscles et sont antispasmodiques.

Attention chez certaines personnes (15 à 20 % des patients insomniaques), ils provoquent au contraire une excitation désagréable.

Posologie :

La valériane n'est pas toxique, on peut donc l'utiliser chez les enfants en diminuant au moins de moitié la posologie.
En général, et c'est valable pour toutes les plantes "hypnotiques", utiliser la valériane de façon ponctuelle ou en petite cure d'une à deux semaines

Eschscholtzia californica, PAPAVERACEAE, le pavot de Californie

Cette plante, sauvage en Californie, est maintenant très répandue comme plante décorative dans les pays tempérés (fleurs jaune orangé, feuillage très découpé). Elle redevient facilement sauvage et se disperse grâce à ses nombreuses petites graines comme son cousin le coquelicot des champs.
La partie aérienne contient de nombreux alcaloïdes qui sont très probablement responsables de ses propriétés calmantes, hypnotiques et antispasmodiques.
On peut aussi utiliser la plante entière.

Eschscholtzia facilite l'apparition du sommeil (inducteur du sommeil), il est légèrement analgésique et donc intéressant quand l'insomnie est secondaire à des douleurs (articulaires par exemple). Le pavot de Californie est modérément anxiolytique ce qui renforce encore sa capacité a induire et prolonger le sommeil. La consommation de cette plante aux doses recommandées n’entraîne pas d'effet secondaire désagréable (somnolence diurne, excitation secondaire, troubles physiques). On peut l'utiliser chez les enfants.

Posologie:


Passiflora incarnata, PASSIFLORACEAE, passiflore, fleur de passion

Cette liane est endémique au Mexique et dans le sud des USA mais on peut la cultiver en Europe ; comme toutes les passiflores, elle possède une fleur de grande taille très décorative.

On ne connaît pas précisément quelles sont les substances actives de la passiflore contenues dans les parties aériennes ; mais des alcaloïdes associés à des flavonoides sont probablement responsables de ses propriétés calmantes, sédatives et antispasmodiques.

Comme le pavot de Californie, la passiflore est légèrement anxiolytique ce qui diminue les effets du stress et favorise l'apparition du sommeil chez les insomniaques. La passiflore est aussi intéressante (comme les aubépines) pour calmer l'éréthisme cardiaque (palpitations du cœur sain), le nervosisme. La passiflore n'est pas toxique aux doses recommandées.

Posologie :

Crataegus spsp, ROSACEAE, aubépine

Les aubépines sont des arbustes buissonnants ou de petits arbres en général épineux, leur feuillage est le plus souvent découpé, les fleurs (pentamères, odorantes et printanières) groupées en corymbes sont blanches, parfois teintées de rose ou de rouge, avec des étamines nombreuses comme souvent chez les ROSACEAE ; les fruits (ou cenelles) sont des drupes rouges, de petite taille, comestibles.



Les aubépines sont communes dans les haies, en bordure des chemins et en lisière des bois, de toutes les régions tempérées d'Europe, de l'Asie occidentale, de l'Afrique du Nord et de l'Amérique du Nord. On les plante communément pour faire des haies.

Les extraits de Crataegus sont légèrement sédatifs, ils renforcent les contractions du muscle cardiaque, dilatent les vaisseaux sanguins et calment l'éréthisme du cœur c'est à dire les contraction anormales (extrasystoles = palpitations) du cœur sain chez certaines personnes émotives ou angoissées au système neurovégétatif déséquilibré ou qui abusent des stimulants cardiaques (thé, café).
Les états anxieux avec troubles de l'endormissement et du sommeil, l'émotivité, le nervosisme sont une bonne indication des aubépines que l'on associe souvent à d'autres plantes sédatives.

Posologie:

A la posologie indiquée les aubépines ne sont pas du tout toxiques et le traitement doit durer plusieurs semaines pour être efficace, pas d'effet immédiat sur le sommeil comme la valériane par exemple, mais une modification de l'équilibre nerveux qui favorise le retour du sommeil.

Papaver rhoeas, PAPAVERACEAE, le coquelicot des champs

Le coquelicot est botaniquement très proche du pavot à opium (Papaver somniferum) mais les alcaloïdes qu'il contient ne sont pas aussi puissants et dangereux pour la santé.
C'était la fleur rouge des champs de blé mais dans les zones de culture céréalière "moderne" il est détruit par les herbicides et persiste uniquement sur les talus, dans les fossés et en bordure des champs.
On récolte les pétales rouges fortement colorés par des anthocyanosides et qui contiennent une petite quantité d’alcaloïdes.
C'est une plante traditionnellement utilisée pour calmer le cœur irritable et certains troubles "psychosomatiques" (type boule dans la gorge, oppression respiratoire), ses propriétés sédatives font qu'on l'associe à d'autres plantes pour faciliter l'apparition du sommeil et lutter contre l'insomnie associée à un peu d'anxiété ou à une nervosité excessive.

Posologie


Le coquelicot est une plante inoffensive à la posologie indiquée, utilisable chez les enfants en diminuant la dose de moitié.

Humulus lupulus, CANNABINACEAE, le houblon

Cette plante originaire de l’Eurasie est cultivée pour ses inflorescences femelles qui sont utilisée essentiellement dans l'industrie de la bière.
On ne connaît pas précisément quelles sont les substances sédatives du houblon (cônes femelles )qui par ailleurs possède des propriétés du type progestatif (comparable à la progestérone).
C'est un tranquillisant mineur que l'on peut donner aux enfants nerveux ayant des difficultés à s'endormir.

Posologie

Quelques spécialités pharmaceutiques contiennent du houblon ou des extraits de houblon, se conformer à leurs indications posologiques.

Hypericum perforatum, ClUSIACEAE, millepertuis



Il y a plusieurs espèces de millepertuis:  H. perforatum est l'espèce officinale en France, il est très commun, et reconnaissable à son bouquet de fleurs jaunes (bien développées en juin aux alentours de la St jean, d'où son nom commun st john wort en anglais) qui quand, on les écrase, tachent les doigts en rouge.


Le millepertuis est traditionnellement une plante cicatrisante (petites plaies douloureuses et brûlures);

plus récemment les phytothérapeutes (surtout anglo-saxons et germaniques) se sont intéressés à ses propriétés anxiolytiques et antidépressives.




Les études cliniques et pharmacologiques ont en effet montré, dans la plupart des cas, que cet effet antidépresseur était nettement supérieur à l'effet placebo (très important dans le traitement de la dépression) et sans symptômes secondaires désagréables.

Bien évidemment le lobby de l'industrie pharmaceutique (de synthèse) a tout fait pour dénigrer et même interdire l'utilisation de cette plante médicinale. Il a presque réussi à le faire car les extraits de millepertuis augmentent l'activité de certains enzymes hépatiques qui ont pour mission de détoxiquer l'organisme mais qui accélèrent aussi la dégradation de nombreuses molécules dont certains médicaments importants mais utilisés par peu de gens.
Citons :
La majorité des gens peuvent donc utiliser le millepertuis (rappel : sauf ceux qui utilisent des antirétroviraux, de la ciclosporine, un traitement anticoagulant, ou de la digitaline ) Le millepertuis est très intéressant pour traiter la dépression légère ou modérée, c'est un traitement quasi sans effets secondaires (à la différence des antidépresseurs de synthèse que l'on utilisera pour les épisodes dépressifs graves).
On associe avec bénéfice le millepertuis à une autre plante sédative comme la valériane ou la passiflore pour combattre les troubles du sommeil qui accompagnent la dépression légère.

Par contre, comme les extraits de millepertuis agissent un peu comme certains médicaments antidépresseurs, on doit éviter d'utiliser le millepertuis avec des antidépresseurs de synthèse.
Le millepertuis est déconseillé aux enfants et aux femmes enceintes ou allaitant.

Posologie moyenne

Pour obtenir un effet, le traitement doit être prolongé plusieurs semaines et arrêté progressivement en diminuant la dose journalière




Lavandula spsp, LABIATEAE, les lavandes


Les lavandes sont des arbrisseaux très aromatiques typiques de la région méditerranéenne
L'espèce officinale en France est :
Lavandula angustifolia (à feuilles étroites)
= L. officinalis = L. vera ;
une autre espèce sauvage (lavande aspic) est moins utilisée : Lavandula latifolia (à feuilles larges) = lavandula spica.

Il existe des formes hybrides naturelles ou fruits de sélections agronomiques : les lavandins : Lavandula intermedia = Lavandula hybrida ;

les hybrides ou les variétés de cultures (cultivars) sont l'objet de cultures industrielles notamment en Provence (rendement en huile essentielle amélioré, variétés à huile essentielle à composition chimique précise(chémotypée)).




Les lavandes méditerranéennes ont été répandues et sont cultivées dans le monde entier mais Il existe d'autres lavandes indigènes (en Asie, au Moyen-Orient, en Afrique du Nord).

Les inflorescences et l'huile essentielle qu'elles contiennent sont médicinales (antiseptiques, antalgiques, cicatrisante, insectifuges et apaisantes-antispasmodiques)

On peut utiliser les lavandes ou leur huile essentielle quand on a de la difficulté à s'endormir, une anxiété légère, du nervosisme : plusieurs études montrent que l'huile essentielle de lavande officinale est apaisante, sédative, surtout chez les personnes âgées.

Posologie :


Cananga odorata, ANNONACEAE, ylang-ylang

Toutes les parties de cet arbre tropical, mais surtout les pétales des fleurs, renferment de l'huile essentielle (1,5 à 2%).
Elle est antiseptique et induit des effets de type sympatholytique : baisse de la pression artérielle et ralentissement cardiaque que l’on attribue aussi à une baisse de l’activité corticosurrénale.

Dans le sud-est asiatique et dans l’océan indien, elle est considérée comme aphrodisiaque.

L’effet «sympatholytique » entraîne une baisse de l’irritabilité, une certaine relaxation en cas de stress.

Pour obtenir cet effet on préconise l'absorption de l'huile essentielle d’ylang-ylang par voie cutanée et respiratoire : massage relaxant en mélangeant quelques gouttes d'huile essentielle dans de l'huile de massage, ou dans l'eau du bain (bain relaxant).




Melissa officinali, LABIATEAE, la mélisse
Tilia spsp, TILLIACEAE, les tilleuls

Ces plantes très communes en Europe (et que l'on peut facilement cultiver) permettent de faire des infusions sédatives très agréables au goût.

Les inflorescences de tilleul doivent être cueillies au début de la floraison (cela ne dure quelques jours), les rameaux fleuris de mélisse pendant tout l'été. On les sèche rapidement à l'abri du soleil.

Ces deux plantes ne présentent aucun danger en infusion que l'on peut faire légère ou concentrée selon son goût le soir avant de se coucher.

Autres possibilités :
- Teinture mère : 30 gouttes 3 fois par jour ou 40 à 60 gouttes le soir
- Macération glycérinée de bourgeons de tilleul 1D : 30 gouttes 3 fois par jour pendant plusieurs semaines.
Cette dernière préparation est à préconiser pour son effet anxiolytique-antidépresseur


 

CONCLUSION

Dans ce document, nous limitons notre propos aux plantes sédatives que l’on peut facilement se procurer en Europe.
Il existe bien évidemment d’autres plantes sédatives de part le monde (ex withania somnifera utilisé dans la médecine indienne). On peut avec bénéfice associer 2 ou 3 plantes sédatives entre elles pour faciliter le sommeil ex : valériane + millepertuis, valériane + passiflore + crataegus, valériane + eschscholtzia.
Dans ces cas il faut diminuer par 2 ou 3 les doses journalières indiquées dans les posologies, d’autant qu’il peut y avoir potentialisation (augmentation) des effets.

Retour sommaire des rubriques thérapeutiques