GRENADIER
grenade

PUNICA GRANATUM


PUNICACEAE







Ce petit arbre, souvent juste un arbuste buissonant, est originaire du bassin méditerranéen ou du moyen orient. Il était déjà cultivé à Babylone et probablement dans l’Egypte ancienne et fut introduit aux Indes et en Chine dès l’antiquité.

La grenade, fruit du grenadier, est un des rares fruits des régions chaudes qui se conserve bien et peut se transporter sans pourrir ou s'écraser. C'était le fruit qui désaltérait les voyageurs du désert, les caravaniers du moyen-orient.

Le grenadier est répandu maintenant dans la plupart des régions du monde où le climat est tropical, tempéré doux ou méditerranéen, aussi bien comme plante ornementale que pour son fruit, la grenade.



On récolte les meilleurs fruits dans les pays plutôt secs, à hiver doux et été chaud et sec comme en Afrique du nord mais aussi dans le sud de l'Espagne et maintenant sur une grande échelle en Californie.

Les fleurs sont rouges (la variété double décorative ne donne pas de fruit en général) et le fruit plus ou moins sphérique de 5 à 10 cm de diamètre, possède une enveloppe résistante à l’aspect de cuir ; il est cloisonné et renferme des graines entourées d’une pulpe juteuse et acidulée souvent fortement colorée en rose ou rouge à maturité, certaines variétés ont une pulpe blanche.

COMPOSITION CHIMIQUE ET PROPRIETES

Toutes les parties du grenadier renferment des TANINS : écorce de la racine, feuilles, écorce des rameaux, enveloppe du fruit ainsi que ses cloisons internes, et même la fleur entière.

La PULPE de la GRENADE qui entoure les graines contient de l’eau, des acides organiques (dont la vitamine C), des sucres simples et des colorants anthocyanidiques (quand la pulpe est rouge).

Dans l’ECORCE DES RACINES (et sans doute dans l’écorce des rameaux), on trouve 0,5 à 0,7% d’un alcaloïde (pelletiérine et isopelletiérine) et des dérivés méthylés de cet alcaloide.
La décoction d’écorce de racine est efficace contre le ténia (toenicide) et semble-t-il contre les autres parasites intestinaux non inclus dans la paroi intestinale (ascaris, bothriocéphale).




Le JUS DE GRENADE correspond environ à 60 % du poids du fruit, le résidu du pressage de la grenade contient l'enveloppe et les cloisons de la grenade ainsi que les graines.
Le jus de grenade contient des acides organiques (dont la vitamine C) et des sucres simples ainsi que 0,2 à 1 % de polyphénols (anthocyanosides et tanins). La couleur rouge du jus de grenade est dûe aux anthocyanosides ( colorants végétaux à base de pelargonidol, de cyanidol, de delphinidol).
Les tanins du jus de grenade sont des tanins hydrolysables ( à base d'acide gallique ou d'acide ellagique entre autres) provenant surtout des cloisons qui séparent les "grains" de grenade c'est-à-dire les graines entourées de leur pulpe ca, quand on presse les grenades pour obtenir le jus, une bonne partie des tanins de l'enveloppe et des cloisons se retrouvent dans le jus de grenade : ils sont solubles dans l'eau.

De nombreuse études récentes (surtout américaines) montrent que le jus de grenade n'est pas qu'une boisson désaltérante mais possède aussi des propriétés diététiques et pharmacologiques intéressantes.

LE JUS DE GRENADE PIEGEUR DE RADICAUX LIBRES

Certaines études montrent que le jus de grenade possède in vitro un pouvoir antioxydant (anti-radicaux libres) plusieurs fois supérieur à celui du vin rouge ou du thé vert que l'on considère pourtant comme des références diététiques. Le jus de grenade protégerait même plus des radicaux libres que les vitamines en partie spécialisées dans cette détoxication (vitamine E, C et A).

Ce sont les tanins qui sont responsables à 90 % de cette action antiradicalaire.
Les tanins sont partiellement absorbés au niveau digestif ; une partie des tanins est transformée par la flore intestinale en molécules qui traversent la barrière intestinale. Après absorption de jus de grenade, l'acide ellagique des tanins se retrouve dans le sérum (sang) où elle atteint un taux maximum en une heure environ, mais elle est assez rapidement excrétée (demi-vie d'environ 45 minutes). On trouve également dans le sang des métabolites de l'acide ellagique dont les urolithines qui persistent beaucoup plus longtemps dans le sang (jusqu'à 24 h) et possèdent semble-t-il un pouvoir anti-inflammatoire intéressant. Ces urolithines sont des produits de transformation des tanins par les bactéries du colon, elles sont ensuite éliminées dans les urines.

Certains pharmacologues n'hésitent pas à affirmer que le jus de grenade est anti-inflammatoire, retarde le développement des plaques d'athérome (anti-artérioscléreux) et plus récemment qu'il peut prévenir ou retarder la dégénérescence cancéreuse (anticancéreux)

UTILISATIONS

le JUS DE GRENADE

La pulpe qui entoure les graines est désaltérante, apporte de la vitamine C, mais elle est parfois un peu astringente.
On peut très facilement faire du jus de grenade en choisissant des grenades bien mures (lourdes et rouges). Il faut retirer la peau mais pas automatiquement les cloisons du fruit qui apportent les tanins médicinaux (donc de l'astringence).
A consommer dans la journée en le conservant au froid pour qu'il conserve ses vitamines intactes et que les polyphénols ne s'oxydent pas trop.

On trouve aussi du jus de grenade tout préparé, meilleur quand la fabrication est récente et qu'il provient de cultures BIO.

L'expérience chez des volontaires montre qu'on peut absorber 1 litre par jour de jus de grenade sans effet secondaires désagréables, néanmoins 250 à 300 ml par jour en deux prises paraissent suffisants pour obtenir un effet sur la santé; cures de 2 à 3 semaines espacées de 2 semaines environ.
Les personnes à l’intestin paresseux peuvent voir éventuellement leur constipation s’accentuer ( les tanins constipent).

On le préconise comme complément d'un régime ou d'un traitement médicamenteux :


Rappelons néanmoins que les études cliniques ou épidémiologiques sur les effets du jus de grenade chez l’homme sont très limitées à ce jour, ce n'est pas un jus de fruit "miraculeux".
Par ailleurs certains épidémiologistes ou nutritionnistes mettent en doute le bien fondé d'une absorption digestive prolongée de tanin.
Le sirop de grenade permet de conserver plus facilement l'extrait de fruit (mais sans ses vitamines), malheureusement le sirop de grenade ou de grenadine du commerce n'est le plus souvent qu'une liqueur de glucose colorée en rouge.

LA FLEUR DE GRENADIER ET L'ECORCE DE GRENADE

Les fleurs ou l’enveloppe du fruit en infusion ou décoction (selon l’effet recherché) donnent un liquide antiseptique et asséchant des muqueuses (ex : 30 g de fleur pour 1 litre d’eau) que l’on peut prescrire :

Par voie buccale, 1 verre 3 à 4 fois par jour, en cas de diarrhée simple (sans fièvre ni écoulement sanguin).


L'infusion-décoction de fleur est bien sur beaucoup moins concentrée en tanins que celle d'écorce de fruit.
On peut aussi la préconiser pour atténuer un diabète de type 2 en association avec un régime hypocalorique mais on ne la donne pas aux enfants en bas âge ni aux femmes enceintes ou allaitant.

LA RACINE DE GRENADIER

L’utilisation de la racine de grenadier comme antihelminthique (vermifuge) remonte à l’ancienne Egypte (1500 av JC), mais c’est maintenant un traitement à déconseiller car l’alcaloïde pelletiérine passe parfois la barrière intestinale et provoque une véritable intoxication.
Il vaut mieux employer, quand c’est possible, un antihelminthique synthétique moins dangereux et plus efficace.
Pour information voilà la recette ( à déconseiller) : pour un adulte, 60 g d’écorce de racine dans 1/2 litre d’eau, macérer au froid pendant 24 h, puis réduire de moitié par ébullition, sucrer et boire le matin en 3 fois à ¼ h d’intervalle, se purger ½ h plus tard. C’est un traitement «héroïque » et dangereux mais qui peut rendre encore service dans certaines régions (on l’utilise encore en Afrique du Nord et au Moyen-Orient)



Tweet Suivre @phytomania

RESUME

UN FRUIT DESALTERANT ET DIETETIQUE
La pulpe du fruit du grenadier est désaltérante, riche en vitamine C et très appréciée
dans les endroits presque désertiques où cet arbre peut pousser.
Il y a des milliers d’années qu’on utilise aussi sa fleur ou l’enveloppe du fruit pour guérir la diarrhée
et l’écorce des racines pour éliminer les vers intestinaux,
mais cette dernière indication n’est pas à conseiller car trop dangereuse.
Le jus de grenade est remis à la mode pour ces vertus antioxydantes-antiradicalaires et pour tenter de prévenir la dégénérescence cancéreuse

Vous êtes sur www.phytomania.com
site dédié aux plantes médicinales et aux huiles essentielles
PHYTOTHERAPIE, PLANTES MEDICINALES, AROMATHERAPIE, HUILES ESSENTIELLESphytomania