Blog phytomania

Plantes médicinales et utiles

PLANTES ET REGIME AMAIGRISSANT : LA NOIX DE BANCOUL, LES PLANTES ET LA DIGESTION DES LIPIDES

L’obésité et le surpoids sont en augmentation constante dans l’ensemble du monde y compris dans des pays où la dénutrition est chronique.
En cause, l’augmentation du pouvoir d’achat moyen, la baisse du prix des aliments de base,la facilité grâce aux industries alimentaires à se procurer des corps gras d’origine animale ou végétale et des matières sucrées.

Il est bien connu maintenant par de nombreuses enquêtes épidémiologiques que le surpoids et l’obésité s’accompagnent d’une augmentation importante des maladies dégénératives que sont le diabète de type 2, les troubles des lipides sanguins avec les troubles cardio-vasculaires qui leur sont associés et certains cancers (sans parler de l’atteinte des articulations des genoux ou des hanches).

Il est difficile de maigrir, la graisse emmagasinée par le corps s’élimine très lentement, nous sommes génétiquement programmés pour économiser nos réserves!.
« Les régimes amaigrissants » garantis et faciles n’existent pas. Il faut donc être prudent quand on se lance dans un régime amaigrissant aux résultats promis en quelques jours ou semaines.
Certains sont basés sur l’utilisation de plantes légèrement toxiques comme la noix de bancoul par exemple.

LA NOIX DE BANCOUL POUR MAIGRIR, ATTENTION DANGER!!

La noix de bancoul est le fruit d’un arbre originaire du sud-est asiatique, Aleurites moluccana, présent maintenant dans tous les pays tropicaux.
L’amande de la noix de bancoul, très riche en lipides, est comestible en petite quantité après  avoir été grillée ce qui élimine une partie des composés toxiques qu’elle contient.
L’huile de noix de bancoul est surtout employée dans l’industrie (un peu comme l’huile de lin) ou comme cosmétique.

Certains sites internet proposent la noix de bancoul fraiche comme un régime amaigrissant miracle.
En fait cette noix dont on ne consomme qu’un petite fraction par jour est très irritante pour l’intestin , laxative, parfois elle induit une diarrhée.
Le danger principal est la confusion qui s’est faite plusieurs fois entre ces noix de bancoul et une autre amande beaucoup plus dangereuse, celle du laurier jaune, Thevetia neriifolia = Thevetia peruviana.
Plusieurs femmes ont été fortement intoxiquées et ce régime amaigrissant avec des noix de bancoul mélangées aux amandes du laurier jaune les a conduit à l’hôpital en urgence (risque d’arrêt cardiaque).
La vente des noix de bancoul pour régime amaigrissant est donc maintenant interdite dans de nombreux pays.

LES PLANTES PEUVENT AGIR SUR LA DIGESTION DES CORPS GRAS

Les plantes contiennent des composés capables d’agir sur la digestion des graisses. Certaines plantes facilitent l’action des lipases digestives d’autre au contraire diminuent ou contrarient l’action de de ces enzymes sécrétées dans l’estomac et surtout dans l’intestin.
Ces lipases séparent les différentes parties des corps gras des aliments (exemple : glycérol et acides gras) permettant ainsi leur absorption par l’organisme.
Les plantes qui diminuent l’action des lipases digestives son intéressantes pour aider à perdre du poids et en cas de troubles de lipides sanguin (cholestérol et triglycérides trop élevés).

Les plantes qui favorisent la digestion des graisses aident la digestion mais peuvent également faciliter l’embonpoint.

Quelques exemple de plantes « anti-lipase » et leur pourcentage d’inhibition de l’enzyme digestif:

Aleurites moluccana , le bancoulier, (feuilles) : 100 %
Allium cepa, le bulbe d’oignon (entier) : 73,5 %
Allium sativum , la gousse d’ail : 44,6 %
Anacardium occidentale , feuilles d’anacardier(arbre à cajou) : 88,7 %
Averrhoa carambola , la carambole (fruit tropical) 100 %, les feuilles 94,8 %
Azadirachta indica (le neem) feuilles : 93,8 %
Brassica oleracea (les choux) feuilles : 46,4 %
Cuminum cyminum, les graines de cumin : 44,6 %
Curcuma longa, la poudre de curcuma : 52,7 %
Cynometra cauliflora, le nam nam , les feuilles: 100 %
Hibiscus sabdariffa , le karkadé, feuilles : 60,9 %
Moringa oleifera, le moringa, feuilles : 75,4 %
Momordica charantia , la momordique pomme coolie, fruit : 83,6%
Persea americana , l’avocatier, feuilles : 92,8 %
Phyllanthus niruri, en bas feuille vert, plante entière : 81,4 %
Psidium guajava, la papaye, feuilles : 99 %
Syzygium cuminii feuilles : 85%
Tamarindus indica : le tamarinier, fruits : 68 %

On peut voir que de nombreuses feuilles de plantes comestibles sont inhibitrices des lipases : les feuilles de bancoulier, d’arbre à cajou, de neem, de jamelonguier, d’avocatier, de goyavier.
Leurs infusions sont actives mais peuvent induire une constipation secondaire car elles contiennent beaucoup de tanins.
Les oignons, l’ail, la momordique, les feuilles de moringa, la carambole (bien mure), la poudre de curcuma, sont plus intéressantes et plus facile à utiliser.
L’action anti-lipase semble en partie due à l’action de la quercitrine (très voisine de la quercétine) .
On trouve ces flavonoïdes dans de nombreuses autres plantes notamment : le thé vert, les myrtilles , les raisins colorés (et le vin), des fruits (pomme, poire, prune ).

Un mot particulier sur le sarrasin dont les graines contiennent beaucoup de quercitrine : l’infusion de graines de sarrasin devrait faire partie des régimes amaigrissants.
La galette (crêpe) de sarrasin, plat traditionnel en Bretagne, est donc diététiquement intéressante car elle ne contient pas de gluten et limite l’absorption des corps gras.

A l’opposé, il existe aussi des plantes qui favorisent l’action de la lipase, ce qui permet une meilleure digestion des lipides alimentaires mais peut favoriser la prise de poids.
Voilà quelques exemples de plantes avec le pourcentage d’action positive sur les enzymes lipases.
Ce sont souvent des aromates :
Capsicum frutescens, le piment, fruit : 125 %
Cymbopogon citratus , la citronnelle, plante entière : 104 %
Ocimum basilicum, le basilic : 103 %
Pimpinella anisum, graine d’anis : 186 % !!
Kaemferia galanga , une plante voisine du gingembre, rhizome: 122 %

On doit éviter de consommer ces aromates (surtout l’anis) quand on cherche à perdre du poids.

Pour plus d’informations :
1 - http://cime.fcq.unc.edu.ar/boletin%20nuez%20de%20la%20india-%20error%20medicamentos%2011-%202011.pdfen Espagnol
Le danger des noix de bancoul

2 – Molecules 2013, 18(12), 14651-14669; doi:10.3390/molecules181214651
Anti- and Pro-Lipase Activity of Selected Medicinal, Herbal and Aquatic Plants, and Structure Elucidation of an Anti-Lipase Compound
Muhammad Abubakar Ado 1, Faridah Abas 1,2, Abdulkarim Sabo Mohammed 1 and Hasanah M. Ghazali
document téléchargeable en Anglais  : http://www.mdpi.com/1420-3049/18/12/14651/pdf

3 – Pages internet sur quelques plantes anti-lipases :

- http://www.phytomania.com/phyto/pistas.htm : le jamelonguier
- http://www.phytomania.com/phyto/cajou.htm : le cajou
- http://www.phytomania.com/ail.htm : l’ail
- http://www.phytomania.com/avocatier.htm : l’avocatier
- http://www.phytomania.com/curcuma.htm : le curcuma
- http://www.phytomania.com/myrtille-cranberry.htm : les myrtilles
- http://www.phytomania.com/basilic.htm : le basilic
- http://www.phytomania.com/goyavier.htm : le goyavier
- http://www.phytomania.com/hibiscus.htm : les hibiscus et le karkadé
- http://www.phytomania.com/momordique-pomme-coolie.htm : la momordique
- http://www.phytomania.com/neem.htm : le neem
- http://www.phytomania.com/phyllanthus-niruri-urinaria.htm : les « graines en bas feuilles »
- http://www.phytomania.com/tamarinier.htm : le tamarinier

No Comments »

Psyllium et syndrome de l’intestin irritable

Le syndrome de l’intestin irritable (ou troubles fonctionnels intestinaux ou colite spastique)associe des troubles principalement digestifs, non spécifiques et variables en intensité dont les principaux sont :

ballonnements digestifs, flatulences, éructations, diarrhée impérieuse ou au contraire constipation avec colite muqueuse, parfois alternance diarrhée-constipation, douleurs digestives à type de crampe intestinale soulagées par la défécation, migraine, réflexe gastro-colique exagéré (besoin d’aller à la selle de façon impérieuse après un repas abondant).

Cet ensemble de troubles digestifs est banal car très répandu (environ 20% de la population est touché un jour ou l’autre par un épisode d’intestin irritable).

Quelle conduite tenir devant ce type de troubles digestifs?

Chez une personne après 50 ans  qui n’a jamais eu ce type de symptomes il faut éliminer la possibilité d’un cancer du colon donc consulter un médecin.
Sinon il faut essayer de rechercher un élément déclenchant :

- principalement une intolérance ou plus rarement une allergie alimentaire : gluten, lactose, fructose, légumineuses (soja, arachide), fruits à coque (amandes, noix, noisettes), glutamate, nitrite….

- parfois une gastro-entérite infectieuse quelques semaines plus tôt.

- et le plus souvent on ne trouve aucune explication probante à la survenue de ce trouble digestif.

Graines de psyllium et syndrome de l’intestin irritable

On peut tenter d’atténuer les troubles digestifs du syndrome de l’intestin irritable par la prise de graines de psyllium : psyllium blond (Plantago ovata) ou psyllium noir (Plantago psyllium, Plantago indica ).
La graine est riche en mucilage non digestible qui augmente de volume en s’hydratant dans l’intestin.
Le mucilage agit à plusieurs niveaux :
- en augmentant le volume des matières dans le colon (contre la constipation)
- en absorbant l’eau en excès  (contre la diarrhée)
- en atténuant peut-être l’inflammation de la muqueuse du colon
- il semble également diminuer l’absorption du cholestérol et couper un peu l’appétit.

Comment utiliser les graines de psyllium :

Graines entières :

Environ deux cuillerées à soupe deux à 3 fois par jour, dans un verre d’eau froide et il est préférable (mais pas obligatoire) d’attendre une heure qu’elles gonflent en s’hydratant.

Poudre de graines broyées :
Une à deux cuillerées à soupe  deux à trois fois par jour dans de l’eau ou un jus de fruit.

Dans tout les cas penser à boire suffisamment dans la journée.
Arrêter bien sur en cas d’augmentation des troubles digestifs (ce n’est pas l’effet recherché!!)

No Comments »

Arnaque sur l’açai

Euterpe oleracea est un petit palmier très commun dans les plaines inondables et les terres basses de toute la région amazonienne où on peut parfois le trouver en peuplements mono-spécifiques. Il se présente alors en touffes assez denses, les troncs atteignent 10 à 20 m et sont assez flexueux.
Le palmier açai (palmier pino en Guyane française ou wassaye) porte des grappes de petits fruits violacés à la pulpe mince.
Une fois réhydratée cette pulpe peut être séparée de l’amande manuellement ou par frottement dans une machine rotative, on obtient alors un liquide violet-rouge douceâtre et onctueux plus ou moins pâteux selon la quantité d’eau ajouté.
Cette boisson a été pendant des siècle la base de l’alimentation des populations déshéritées de la basse région amazonienne, les « Caboclos ».
C’est aussi une boisson rafraichissante et énergisante(jusqu’à 30% de  corps gras dans la pulpe sèche) typique de la ville de Belem do Para dans l’estuaire de l’amazone.
Le palmier açai (pino) est également très exploité pour fournir les coeurs de palmier, ou chou palmiste, il s’agit du bourgeon terminal ; on abat donc le palmier pour en extraire cette petite partie consommable.
L’açai est connu  et consommé depuis longtemps au Brésil.
Il a été introduit récemment avec les techniques nord-américaines du marketing dans le marché des compléments alimentaires.
Pour le distinguer des autres compléments diététiques et médicinaux on lui associe le pouvoir AMAIGRISSANT, ce qui est complétement FAUX.
C’est au contraire un complément alimentaire ENERGISANT par son contenu important en lipides (son nom scientifique oleracea signifie cela).
Il est néanmoins intéressant pour son apport en polyphénols et anthocyanosides (anti-inflammatoires, protecteurs vasculaires), substances que l’on peut trouver facilement et à moindre coût, dans tous les fruits rouges cultivés ou sauvages (ex : raisin, myrtilles, cassis, baies du sureau) et qui peuvent, entre autres, limiter les troubles physiques liées au surpoids ou au diabète de type 2.

Malgré leur valeur diététique, il vaut  mieux laisser les baies d’açai au Brésil et ne pas transporter leur pulpe sèche sur des milliers de km surtout pour en faire des compléments alimentaires faussement amaigrissants.


Effects of Açai (Euterpe oleracea Mart.) berry preparation on metabolic parameters in a healthy overweight population: A pilot study

Acai dans wikipedia en anglais

 

No Comments »