Blog phytomania

Plantes médicinales et utiles

Le virus VIH et le sida : comment éliminer le virus VIH? Nouvelles stratégies thérapeutiques et plantes médicinales.

on 10 avril 2012

La majorité des virologues et des chercheurs  qui s’intéressent au virus VIH et au SIDA sont d’accord pour attribuer la maladie SIDA à une infection parfois ancienne par le rétrovirus muté d’origine simienne le VIH.
Ce virus, qui parasite les cellules du système de défense immunitaire humain(lymphocytes)  provoque leur destruction au moment de la libération des nouvelles particules virales et peut induire également la mort par apoptose (lyse cellulaire programmée) d’autres lymphocytes non infectés par le virus VIH.
Cette destruction des cellules de défense de l’organisme permet, quand le nombre de lymphocyte est trop bas, le développement d’infections « opportunistes » et de cancers difficilement contrôlables.
Le traitement actuel associe plusieurs molécules qui ciblent le plus spécifiquement possible le virus du sida, empêchant sa pénétration dans les cellules ou sa reproduction intracellulaire.
Ces « thérapies antirétrovirales extrêmement actives » (HAART en anglais) permettent le plus souvent de stabiliser l’infection et de faire baisser la quantité de virus présents dans l’organisme jusqu’à la limite de détection des test viraux actuels. C’est un très grand progrès et cela permet des survies prolongées avec un minimum d’effets secondaires dus au traitement.
Malheureusement si l’on suspend ces trithérapies, le virus réapparait et envahit à nouveau l’organisme.
On sait maintenant qu’il peut rester à l’état « quiescent » et indétectable dans les lymphocytes et dans certaines parties du corps où les anti-rétroviraux n’arrivent pas à les atteindre.
On  cherche donc actuellement un moyen pour faire « sortir » ces virus de leur cachette tout en les empêchant de se reproduire.
C’est une stratégie complexe à mettre en oeuvre et un peu risquée car cela revient à faciliter une poussée infectieuse par le virus sans savoir à l’avance si on arrivera à la contenir.
Pour se faire on espérait beaucoup, il y a quelques années,d’une molécule (la PROSTRATINE)extraite d’un petit arbre (Homolantus nutans ou arbre mamala) originaire  des iles Samoa.
L’AIDS Research Alliance (Los Angeles) coordonne les recherches sur la prostratine (prostratin en anglais), des essais sur l’homme sont déjà en cours.
La synthèse de la prostratine  se fait assez facilement à partir du phorbol, substance d’origine végétale plus facile à obtenir que la prostratine elle-même.
Une autre source de prostratine a été découverte récemment dans une plante médicinale Chinoise (Euphorbia fischeriana).
D’autres molécules sont également testées parfois  associées entre elles et l’on garde bon espoir d’arriver un jour à éliminer complétement l’infection par le VIH.

Curr Drug Targets. 2011 Mar 1;12(3):348-56.
Activation of latent HIV-1 expression by protein kinase C agonists. A novel therapeutic approach to eradicate HIV-1 reservoirs

Finding a cure for HIV: will it ever be achievable?

Synergistic Activation of HIV-1 Expression by Deacetylase Inhibitors and Prostratin: Implications for Treatment of Latent Infection

De novo assembly of Euphorbia fischeriana root transcriptome identifies prostratin pathway related genes

AIDS Research Alliance


Comments are closed.