Blog phytomania

Plantes médicinales et utiles

La fièvre DENGUE et la feuille de papayer, Carica papaya

on 6 février 2013

La fièvre Dengue maladie très répandue

La dengue est une maladie virale transmises par les moustiques et qui s’est beaucoup répandue depuis 50 ans dans toutes les zones chaudes du globe où pullulent les moustiques Aedes aegypti et Aedes albopictus (qui sont actifs essentiellement dans la journée).
Le virus de la dengue possède 4 types sérologiques différents, ce qui complique énormément la fabrication d’un vaccin et ce qui limite la possibilité de développer une immunité naturelle contre cette maladie.
Les transports aériens et maritimes ont internationalisé la dengue, et comme les moustiques transmetteurs sont commensaux de l’homme et prolifèrent dans toutes les zones habitées à la ville comme à la campagne on comprend le développement récent de cette maladie surtout dans les zones tropicales ou subtropicales surpeuplées (Inde et Pakistan par exemple).
Des centaines de millions de gens( certains disent la moitié de l’humanité) sont ainsi susceptibles d’attraper la dengue surtout dans les régions tropicales à la fin de la saison des pluies.

La dengue maladie banale pouvant devenir mortelle

Dans la majorité des cas la dengue provoque un accès fébrile de quelques jours accompagné de douleurs musculo-articulaires, de maux de tête, de fatigue intense et moins souvent de troubles digestifs et d’une éruption cutanée.
Cette dengue banale dure quelques jours et ne se complique pas.
Il en est tout autrement de la dengue hémorragique qui survient le plus souvent à l’occasion d’un deuxième dengue d’un sérotype différent.
La fièvre peut durer jusqu’à une semaine et une tendance hémorragique apparait assez rapidement : hémorragies visibles sous la peau (purpura, ecchymoses spontanées), hémorragies des muqueuses (notamment digestives avec vomissements sanglants ou selles fortement colorées en noir).
Parfois la dengue hémorragique se complique d’un « syndrome de choc » qui associe une forte baisse de la tension artérielle à une accélération secondaire du coeur.
Cette dengue hémorragique avec ou sans syndrome de choc est dangereuse et nécessite assez souvent une hospitalisation.


Prévenir et soigner la dengue

Il n’y a pas encore de vaccin pour cette virose, et pas de traitement spécifique.
La prévention c’est essentiellement la suppression des gites à moustiques et l’utilisation de toutes les méthodes pour se protéger des piqures de moustiques dans les zones à épidémie (les Aedes sont des moustiques qui piquent dans la journée).
Dans tous les cas de dengue ou de suspicion de dengue il faut éviter tous les médicaments qui peuvent diminuer la coagulation sanguine  et parmi les plus courants : aspirine, anti-inflammatoires non stéroidiens , dérivés de la cortisone.
Le seul médicament conseillé est le paracétamol (dans la mesure où on n’y est pas allergique).

Plantes médicinales et dengue

L’utilisation des plantes pour se soigner est très répandue en Asie et depuis plusieurs années certaines plantes ont été utilisées pour atténuer les effets de la dengue.
La feuille de papayer est celle qui est actuellement la plus à la mode.
Il n’y a pas de base pharmacologique ou chimique à cette utilisation mais des praticiens d’Inde, du Pakistan ou de Ceylan ont constaté une amélioration des constantes sanguines (nombre des plaquettes et des leucocytes) chez les malades traités par un extrait de feuille de carica papaya.
Voila la méthode utilisée : broyage de 2 feuilles de papayer matures mais non jaunies, extraction à froid du liquide , 5ml (soit une cuillerée à café) 3 fois par jour chez l’adulte et demi dose chez l’enfant. C’est terriblement amer!!
Durant l’automne 2011 le nord de l’Inde et du Pakistan ont été touchés par un forte épidémie de dengue avec pour conséquence un véritable marché « noir » de la feuille de papayer!
D’autres plantes traditionnellement anti-fébriles sont parfois employées en cas de dengue citons :
- les extraits de Momordica charantia (pomme coolie)
- les extraits d’andrographis paniculata
- les extraits de feuilles de neem

Les autorités sanitaires Hindoues ont lancé des avertissements sur l’intérêt de ces extraits de plantes y compris la feuille de papayer et préconisent plutôt l’hospitalisation quand c’est possible en cas de forte dengue.

L’extrait de la feuille de papayer peut être conseillée en cas de dengue banale, mais en cas de forte dengue avec des signes hémorragiques la surveillance médicale est nécessaire car la maladie peut s’aggraver très rapidement surtout chez les enfants.

Quelques références :

College of General Practitioners of Sri Lanka :
http://cgpsl.org/downloads/pdf_cgpsl/7.pdf

Genetic Vaccines and Therapy 2012, 10:6
http://www.gvt-journal.com/content/10/1/6
Idrees and Ashfaq
A brief review on dengue molecular virology,
diagnosis, treatment and prevalence in Pakistan

Asian Pacific Journal of Tropical Biomedicine
doi:10.1016/S2221-1691(11)60055-5
Dengue fever treatment with Carica papaya leaves extracts
Nisar Ahmad, Hina Fazal,Muhammad Ayaz, Bilal Haider Abbasi, Ijaz Mohammad, Lubna Fazal

La dengue maladie banale pouvant devenir mortelle

Dans la majorité des cas la dengue provoque un accès fébrile de quelques jours accompagné de douleurs musculo-articulaires, de maux de tête, de fatigue intense et moins souvent de troubles digestifs et d’une éruption cutanée.
Cette dengue banale dure quelques jours et ne se complique pas.
Il en est tout autrement de la dengue hémorragique qui survient le plus souvent à l’occasion d’un deuxième dengue d’un sérotype différent.
La fièvre peut durer jusqu’à une semaine et une tendance hémorragique apparait assez rapidement : hémorragies visibles sous la peau (purpura, ecchymoses spontanées), hémorragies des muqueuses (notamment digestives avec vomissements sanglants ou selles fortement colorées en noir).
Parfois la dengue hémorragique se complique d’un « syndrome de choc » qui associe une forte baisse de la tension artérielle à une accélération secondaire du coeur.
Cette dengue hémorragique avec ou sans syndrome de choc est dangereuse et nécessite assez souvent une hopitalisation.


Comments are closed.